Alertée par un habitant de la commune, la SPA envoie une équipe sur place dans une ferme et découvre l’horreur.
Des bâtiments laissés à l’abandon : rien n’est rangé, des cageots, des légumes jonchent partout. Mais ce n’est pas le pire.
En entrant dans l’écurie, elle découvre des cadavres de veaux puis deux vaches sur un tas de terre sans eau. Rien que d’entendre le bruit de l’eau du robinet, elles accourent pour venir s’abreuver.
Dans l’enclos qui communique, il y a le reste du troupeau, embourbé à mi-patte dans le purin. Et c’est là qu’est découverte une vache couchée qui vient de vêler,  le cadavre de son veau à côté d’elle. Elle est totalement prisonnière du purin et ne peut pas se relever seule, il faudrait un équipement spécial. Un vétérinaire est appelé d’urgence et procédera à l’euthanasie de l’animal, pour abréger ses souffrances.
L’exploitant agricole s’était contenté de jeter un peu d’herbe à ses bêtes pour faire croire qu’il s’occupait d’elles. Il avait des ennuis financiers et de santé mais rien de pouvait justifier d’un tel laxisme, d’une telle cruauté. Ce n’était d’ailleurs pas sa première histoire car il avait déjà été condamné dans le passé.